?> La science n'est en dernier ressort à personne.
* * *

Search

Nous agissons comme contrôle qualité externe et incorruptible.
Chacun peut nous faire des remontrances. Le devoir de résipiscence s'applique à tous.
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
décembre 14, 2017, 10:02:14

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Shoutbox

2 Invités, 0 Membres

Auteur Sujet: La science n'est en dernier ressort à personne.  (Lu 2006 fois)

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 805
La science n'est en dernier ressort à personne.
« le: février 09, 2010, 04:44:14 »
Reprenons le conflit de la papauté contre les scientifiques débutants, au 16e siècle.
En droit théocratique, le droit appartient en dernier ressort aux dieux, donc à leurs interprètes autorisés.
Aussi le pape se considérait comme le supérieur hiérarchique naturel de tout savant, de tout enseignant.
En droit coutumier, le droit appartient en dernier ressort aux morts, donc en pratique à leurs interprètes autorisés.
Tandis qu'en pays de droit démocratique, le droit n'est en dernier ressort à personne.
Quand les sciences sont scientifiques, elles ne sont en dernier ressort à personne. Quiconque a en principe le droit de prouver fausse telle croyance pourtant héréditaire et hégémonique au même instant. Mais une telle menace de déstabilisation potentielle à tout instant, ne fait pas l'affaire de votre narcissisme ! Et si votre position sociale aussi était menacée ? Voilà comment toute communauté - scientifique aussi - est tentée de verrouiller à son avantage le pouvoir d'informer, en disqualifiant d'avance toute personne extérieure à sa communauté... Voilà comment se reconstituent des clergés...

La science, c'est fatigant et contraignant : de n'importe où peut survenir la preuve qu'on s'est trompé. C'est une menace permanente pour la vanité du vaniteux. D'où la tentation de substituer l'attaque à la personne au débat scientifique, si vous vaniteux subodorez une menace envers votre suprématie, et votre réputation bien mal fondée.

La démocratie, c'est fatigant et contraignant : on n'aura jamais de repos, les adversaires pourront toujours devenir majoritaires et hégémoniques à leur tour. D'où la tentation pour le narcissique et imposteur, d'utiliser des moyens de truand, pour demeurer seul au pouvoir, pour toujours.

Diriger, c'est fatigant et contraignant. De nombreux devoirs pèsent sur vous, à hauteur de vos pouvoirs et responsabilités.  D'où la tentation pour le narcissique et imposteur, ...
Vous aviez complété de vous-même, n'est-ce pas ?
« Modifié: février 11, 2010, 11:56:46 by Jacques »
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 805
La maturité scientifique, ça ne tombe pas tout cuit dans s'bec...
« Réponse #1 le: janvier 08, 2012, 01:07:33 »
Le problème Didier c'est que ces "anti-réchauffement climatique" (RCA pour reprendre leur langage), bref les   soit disant "sceptiques" forment une véritable secte sur le net...

La science et surtout la qualité scientifique sont définitivement incompatibles avec le militantisme.
Il se trouve que j'ai choisi, depuis longtemps. Pas d'un seul coup, mais progressivement, en plusieurs dizaines d'années. Et le choix moral, initialement instinctif (ou réactif ?), n'est pas grand chose tant qu'il n'est pas soutenu par la technique et les méthodes, qu'il faut apprendre, tant qu'il n'a pas été revisité et précisé à mesure des expériences.

La maturité scientifique, cela ne tombe pas du ciel, tout cuit dans s'bec. Cela se conquiert dans les efforts et les désillusions ; ça a bien des traits communs avec la démocratie : nous n'aurons jamais de victoire définitive, jamais de repos.

Il s'en faut de loin que toutes les sciences ou apparences de sciences aient à ce jour acquis la même maturité.
De désillusions en révolutions (la dernière en date est la révision complète de la systématique et de la paléontologie à la lumière des décodages génétiques), c'est certainement la biologie qui est la science qui a conquis la plus grande maturité scientifique, à ce jour.
Exemplaire fut le traitement de la déception par l'humour, par Thomas Huxley :" Oui, Bathybius, je l'aimais bien. Je l'ai même porté sur les fonts baptismaux. Mais que voulez-vous ! Il arrive que les meilleurs amis vous lâchent !". C'était au 19e siècle.

La tectonique a conquis sa maturité il y a une quarantaine d'années - ou un peu plus ? -, quand elle a renvoyé le mythe du géosynclinal dans les poubelles de l'histoire, et a identifié les plaques de la croûte terrestre, et les différents modes de limites de plaques. La vulgarisation a du mal à suivre, par exemple tous les Guides Géologiques Régionaux parus chez Masson sont à réécrire, quant à la tectonique explicative.

Ce n'est pas le lieu ici, et je n'ai pas le temps ce jour, pour vous détailler des apparences de sciences, assez apparentes pour esbrouffer le gogo, qui à ce jour n'ont pas encore conquis leur maturité. La liste est impressionnante, en sciences humaines comme en sciences dures. J'en ai déjà détaillé plusieurs sur d'autres supports, mais la liste de leurs symptômes pathologiques communs n'est pas encore écrite. Ce sera le prochain article.

Ici un militant comme Jean Jouzel, tout décoré qu'il soit, ne sera jamais scientifique. Bien trop prisonnier de sa militance, et de l'ivresse du pouvoir politique, l'astrologue officiel de la Cour du petit roi :
http://www.journal-la-mee.fr/IMG/article_PDF/article_a1929.pdf
ou http://www.journal-la-mee.fr/1929-le-climat-foutu-pour-les-20-ans-a
http://www.batiactu.com/edito/la-france-presente-son-plan-d-adaptation-au-change-29663.php
Exactement comme Trofim Dénissovitch Lyssenko, et pour les mêmes raisons.

Sans doute dans quarante ans, quand les escrocs actuellement au pouvoir seront morts, quand elle aura appris à ne plus tricher avec les épreuves de réalité, quand elle aura appris à gérer les démentis cinglants et les désillusions que l'expérience inflige, la climatologie parviendra-t-elle à devenir une science. Les plus jeunes d'entre vous verront cela sans doute. Pour le moment, nous en sommes loin.

___________

Le contrat social du scientifique inclut le mandat de se piloter
en exactitude : le système de production des connaissances,
il est présumé le piloter en exactitude et non en traditions, ni
en stratégies de pouvoir, ni en narcissisme, ni en corruption.
« Modifié: janvier 08, 2012, 10:21:22 by Jacques »
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

 

Recent

Membres
  • Total des membres: 51
  • Latest: Stan
Stats
  • Total des messages: 805
  • Total des sujets: 326
  • Online Today: 3
  • Online Ever: 57
  • (octobre 09, 2014, 06:30:06)
Membres en ligne
Users: 0
Guests: 2
Total: 2